Mon année d’Hypokhâgne, l’heure du bilan !

Bonjour à tous,
Depuis mardi j’ai eu mes résultats pour l’année prochaine et dans quelques jours je serai en vacances ! Ou plutôt en révisions d’été comme dirait mon professeur d’histoire. Je me suis dis qu’il était temps de vous faire un article bilan à propos de l’année qui vient de s’écouler, et j’ai pas mal de choses à vous dire. Je vais quand même faire attention à ne pas trop reprendre ce que j’ai déjà dis dans mes deux articles précédents -ici et ici- pour ne pas que ça soit trop redondant pour ceux qui les ont déjà lus. C’est parti alors.

Bon, concrètement j’en ai bien bavé pendant un an mais à la fois c’est passé super vite. Je ne me suis pas rendu compte tout de suite que nous étions déjà arrivé à la fin de l’année et qu’il était déjà l’heure du conseil de classe et des orientations pour l’année suivante. Il faut dire que le temps gris semblable à celui du mois de Novembre n’a rien arrangé. Enfin voilà, les professeurs ont commencé à nous donner des fiches à remplir, à nous demander de choisir nos futurs options au cas où nous resterions et passerions en Khâgne. Le coup de stress est un peu arrivé d’un coup, le lundi soir précédent le conseil de classe il a commencé à monter et le mardi matin je ne pouvais rien avalé tant j’avais peur du verdict final. Et c’est sans parlé de mon appréhension qui avait commencé quelques semaines auparavant. Mes amies qui lisent ce blog peuvent d’ailleurs en témoigner (Coucou Paupau et Mai).

Donc après en avoir bien bavé pendant un an, mais aussi après avoir appris un nombre incalculable de choses et surtout après m’être surpassée comme jamais pendant ces deux semestres, c’est la fin. Mon but était d’être admise en LS2, en Khâgne quoi. C’est chose faite ! J’étais assez soulagée d’avoir obtenu ma place, je suis loin d’être la meilleure et j’avais assez peur, mais finalement c’est bon. Je rempile pour une deuxième année infernale, toujours accompagnée de ma copine Paupau. Ah oui, le point qui me chagrine c’est que nous soyons arrivées à quatre, mais que nous soyons plus que deux dorénavant. C’est assez triste quand on y repense, mais c’est la vie. J’espère en tout cas qu’elles s’épanouiront dans leurs futures études.
J’ai donc obtenu mes 60 ECTS et validée ma L1 en Lettres Modernes. L’année prochaine je prend d’ailleurs cette option pour bien me préparer avant d’entrer en fac, dans un an si tout vas bien. Donc ça y est, j’ai terminé ma première année en études supérieurs et je rentre dans la seconde. J’ai à la fois hâte et d’un autre côté je ne suis pas pressée de retrouver un rythme infernal et toute la fatigue qui avec avec. Mais bon, il faut bien que je termine mes études, pour trouver ensuite un travail etc etc etc.
Au final, on en aura bien bavé pendant cette année, il y a eu des bons, des très bons même, comme des mauvais moments. On a tous connus cette baisse de moral à la rentrée des vacances de Noël avec ce temps tout gris et tout morne qui reflète bien notre état d’esprit en prépa ahah. Plus sérieusement, en dehors d’avoir une année assez éprouvante, ça a été aussi une merveilleuse année qui m’a permis de me redécouvrir, de me surpasser et de faire ressortir des choses que je ne soupçonnais pas chez moi. J’ai un peu améliorer mon rapport au oraux, je suis un peu plus à l’aise, un peu moins timide. J’ai aussi appris à travailler rapidement et efficacement pour faire plusieurs choses et gagner du temps le week-end. Quand je regarde derrière moi, celle que j’étais au début de l’année, et celle que je suis maintenant je vois l’évolution et le parcours que j’ai accomplis entre Septembre et Juin. C’est fou. Je ne vais pas vous détailler tous les points qui ont changé chez moi, puisque ce n’est pas le sujet de l’article, mais la prépa m’a vraiment aidé à me découvrir, me redécouvrir. Je ne sais pas si, si j’avais été à la fac, il y aurai eu un tel changement.

La prépa c’est difficile, il faut s’accrocher, et encore je ne suis pas à Henri IV, si dans une autre de ces grandes prépa parisiennes, et se surpasser pour arriver au bout. J’ai persévérer tout au long de l’année, alors que mon ancienne moi aurais très bien pu abandonné. Mais la prépa apporte aussi du positif, et je suis fière d’être aller jusqu’au bout, de ne pas avoir abandonné, même si j’en ai eu envie plus d’une fois quand le moral n’était pas au beau fixe.
En plus de ça, j’ai passé mon code et ma conduite pendant cette année (de Janvier à début Mai) et j’ai réussi à combiné les cours, le code et même mon blog, même si j’ai parfois manqué quelques articles, j’y suis arrivée. Ça fait plaisir de faire ce bilan et de voir le chemin parcouru.
Et puis la prépa, ça créer des liens aussi. Je me suis découvert des affinités insoupçonnées avec ma copine Paupau par exemple, on se côtoie depuis le collège, et nous avons été dans la même classe en première et terminale, mais au final on ne se connaissait pas spécialement avant de devenir réellement amies cette année. À l’inverse j’ai « perdu » pour ainsi dire, une amie de longue date, alors que je ne l’aurai pas cru. Mais c’est la vie et je ne vais pas m’étendre sur le sujet. Je me suis aussi ouverte aux autres élèves de la classe, ce qui n’est pas une chose que j’ai souvent fait, étant beaucoup trop timide pour me mettre en avant, et puis finalement je me suis fait de nouvelles copines.
D’ailleurs en parlant de timidité, petite anecdote personnelle propos de la prépa, en Littérature nous avions des extraits de livres à commenter pour ensuite passer à l’oral. Et je me suis portée volontaire pour un passage. Bon, dans tous les cas je serai passée tôt ou tard, mais moi, Marie Aubry je me suis portée volontaire pour parler devant une classe et faire un mini exposé. Même mes parents étaient choqués ahah. Comme quoi, la prépa m’a réellement poussée à me surpasser.
Je ne sais pas quoi ajouter d’autre à ce bilan. Il est plus positif que négatif puisque cette année (et j’espère que la prochaine aussi) m’a été plutôt bénéfique, même si j’ai eu envie de tout lâcher et d’arrêter pour pouvoir me reposer enfin. Mais je ne l’ai pas fait, et heureusement d’ailleurs. Au final j’aurai gagné en maturité, en amitié et j’ai réussi à fissurer ma carapace timide. Je suis contente de moi, et de toutes mes copines qui sont allés jusqu’au bout, sans jamais lâcher. Je suis heureuse de pouvoir les retrouver l’année prochaine.
Finalement, j’étais un peu dubitative lors des mes deux articles précédents (surtout le deuxième je pense) mais finalement je suis contente d’être ici et d’avoir fait cette expérience qu’est la prépa. Je ne sais pas si ma phrase est française mais j’espère que vous aurez compris ce que je voulais dire ahah.
C’est tout pour ce bilan de mon année en Hypokhâgne. J’espère que cette petite trilogie vous aura plu, vous aura aidé si jamais vous vous intéressiez à cette branche post-bac. D’ailleurs, si vous avez des questions complémentaire, sur des sujets que je n’aurai pas abordé dans mes trois articles (qui auraient été bien trop longs sinon je pense.) posez les moi en commentaire, ou même si vous voulez vous pouvez m’envoyer un mail, j’y répondrais avec grand plaisir. Je souhaite aussi un bon courage à tous ceux qui passe les bac de français et le bac tout court, et puis il y a le brevet aussi pour les plus « jeunes » d’entre vous. Quant à nous on se retrouve mercredi pour un nouvel article. Profitez du beau temps en attendant.

Bisous.

Nine Lives

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s